Le Mardi 10 novembre 2009

PolitiqueQuébec

Visite du prince Charles au Québec aujourd’hui

Lettre ouverte au prince Charles Philip Arthur George Mountbatten-Windsor

Par Luc Archambault

Nous protestons contre votre venue au Québec le 10 novembre 2009, année anniversaire de l’occupation militaire de Québec par les armées de votre ancêtre George III dont vous portez le nom, non sans avoir blessé et déporté les neufrancien(ne)s d’Acadie, après avoir saccagé, violé, incendié, assassiné les côtes du Saint-Laurent et ses habitants, après avoir bombardé Québec éhontément et méchamment.

Lettre ouverte à Son Altesse Royale le prince Charles Philip Arthur George Mountbatten-Windsor, prince de Galles, duc de Cornouailles et comte de Chester, duc de Rothesay et comte de Carrick, baron de Renfrew et lord des Îles, prince et grand sénéchal d’Écosse, chevalier de l’ordre de la Jarretière, chevalier de l’ordre du Chardon, chevalier grand-croix de l’ordre du Bain, ordre du Mérite, chevalier de l’ordre d’Australie.

Monsieur le prince héritier désigné de la Couronne canado-britannique,

Les autorités du Canada vous accueillent aujourd’hui sur leur territoire national du Canada en tant que prince héritier désigné de la Couronne canado-britannique qui règne sur l’État illégitime du Canada jamais nommément soumis aux voix du peuple souverain du Québec sur son territoire national du Québec. Le 10 novembre prochain ces autorités usurpatrices canadians ont prévu contre votre gré peut-être, faire en sorte que vous fouliez à ce titre le sol national du peuple démocratique et pacifique du Québec. Nous, au nom du peuple souverain du Québec, nous vous invitons à renoncer à cette visite qui n’est pas bienvenue.

En tant que représentant et héritier du trône de votre mère, Élizabeth II, reine d’Angleterre et du Commonwealth, reine du Canada, envers qui nous entretenons un respect profond en tant que Souverain d’un peuple étranger, nous pourrions vous accueillir les bras ouverts comme nous le ferions pour tout noble et digne invité de marque d’un État voisin ou lointain. Cependant, vous êtes aussi représentant et héritier d’une Couronne qui depuis la Conquête et en vertu d’une Autorité usurpatrice tutélaire a fait de votre lignée souveraine les représentants du sort funeste qu’elle a réservé au peuple du Québec depuis 1759, politique d’assimilation, colonialisme politique et économique qui n’a pu être contré que récemment à la faveur de la Révolution tranquille dans les années 1960.

De plus, cette lignée dont votre mère est l’héritière a accepté peut-être malgré elle, par la voix du Parlement britannique, que l’État du Canada et sa Couronne imposent aux Québécois un État du Canada qu’il répudie majoritairement, notamment par la voix de sa députation siégeant à l’Assemblée nationale du Québec. Aujourd’hui, une majorité de la députation du peuple souverain du Québec siégeant à Québec et à Ottawa majoritairement dénonce la validité et la légitimité de l’État du Canada et de sa Couronne canado-britannique que vous représentez.

Nous ne contestons pas la légitimité de la Couronne de votre mère sur le territoire national du peuple canadian, nous ne nous opposons pas à ce que vous soyez accueilli en tant que futur Souverain de ce peuple et de son État du Canada. Mais nous contestons avec fermeté et dignité la légitimité et la validité de l’État du Canada et de sa Couronne canado-britannique sur notre territoire national du Québec que votre seule présence permet de manifester ici la fallacieuse effectivité, contre notre volonté de peuple souverain. Si nos députations on prêté serment d’allégeance à la Couronne dont vous êtes l’héritier, nous le peuple, nous n’avons jamais été appelés à le faire et nous ne sommes pas lié à ce serment qui ne peut être délégué.

Delegatus non potest delegare

Notre députation n’engage qu’elle et non notre voix de peuple démocratique et souverain quand elle prêtre serment d’allégeance à votre future Couronne canado-britannique. Elle ne peut déléguer notre pouvoir politique et étatique d’action à l’Autorité supposée supérieure de la Couronne canado-britannique de votre lignée Souveraine.

Le fait que vous teniez à pénétrer notre territoire national à titre de prince héritier de cette autocratique et abusive Couronne canado-britannique est un acte significatif qui tient à affirmer que vous tenez pour vôtre ce territoire national du Québec qui est pourtant nôtre et qui ne saurait en aucun cas être tenu pour légitimement vôtre, ni celui de la Couronne canadianisatrice que vous porterez un jour. Cela, nous le disons en vertu de la démocratique volonté du peuple souverain du Québec.

En effet, jamais cet État unilatéral du Canada, pas plus que la Couronne de votre famille Souveraine n’a obtenu le OUI réciproque qui pourrait valider votre prétention Souveraine à notre noble et digne égard de peuple démocratique, pacifiste et souverain. Cette prétention souveraine qui vous ferait visiter votre futur Royaume en foulant le sol du Québec, comme pour confirmer votre prétention à son égard. Cette prétention est inacceptable.

Telle Couronne n’a jamais été nommément reconnue comme valide par les Québécois. Aucune expression des voix libres et souveraines de ce peuple démocratique et souverain du Québec ne pourrait permettre d’en convenir, et ce, de la Conquête britannique à nos jours. Du jour où les Armées de votre aïeul George III a pris possession par la force de la Nouvelle-France, de ses territoires et populations. L’Acte de Cession unilatéral et illégal signé par Louis XV n’a pu davantage faire de votre lignée Souveraine l’incarnation personnelle et charnelle de notre souveraineté de peuple distinct de tout autre, un peuple sans Souverain depuis que Louis XV, Souverain du peuple de France auquel nous appartenions a, par son indigne abandon, abdiqué de fait son devoir premier de Souverain. Celui qui consiste à protéger son peuple des assauts et de la morsure de l’envahisseur. Un peuple ne saurait être objet de quelque propriété que ce soit, et par conséquent de quelque Cession que ce soit. À moins que ce soit là encore votre prétention et celle de votre lignée souveraine.

En conséquence de quoi, votre lignée souveraine doit prendre acte et abdiquer sa prétention à incarner à travers l’État unilatéral du Canada – illégitime sur notre territoire national et répudié par les Québécois – l’irréductible et inaliénable souveraineté du peuple démocratique et souverain du Québec.

Cette abdication explicite de la Monarchie britannique à notre égard souverain, par votre voix, pourrait seule permettre de vous accueillir généreusement comme prince étranger dans le Québec d’aujourd’hui en tant qu’Altesse respectueuse de l’Autorité démocratique suprême du peuple démocratique et souverain du Québec sur son territoire national du Québec, une lignée qui par vous renoncerait à son autocratique et fallacieuse Autorité monarchique sur nous et sur notre territoire national du Québec, une Autorité usurpatrice jamais validée nommément par nos voix libres, démocratiques et souveraines.

Nous vous prions avec tout le respect qui convient à votre haut rang Souverain, de vous abstenir de fouler de vos pieds princiers notre sol national, cela, tant et aussi longtemps que vous-même, au nom de votre lignée Souveraine, n’abdiquerez pas de votre qualité de Souverain du peuple démocratique, républicain et souverain du Québec, seule autorité valide et légitime de l’État du Québec à laquelle vous devez subordonner votre noble respect et amicale allégeance, sur notre territoire national du Québec.

Dans cette absence, ce sera à regret que nous devrons considérer votre Altesse Royale comme persona non grata au Québec. Rien d’autre que votre voix exprimant l’abdication de votre noble lignée de Rois et de Reines à notre égard souverain ne pourrait libérer votre personne de l’autorité et des titres que votre royal sang prétend avoir sur nous et sur notre libre destin de peuple démocratique, pacifiste et souverain du Québec, ce, par la seule présence de votre personne sur notre territoire national du Québec.

Si vous persistiez à vous présenter au Québec en l’état, si vous persistiez à vous présenter ici comme le représentant de la Couronne canadian jamais nommément soumise à nos voix libres et souveraines, la dignité de notre statut de peuple démocratique et souverain ne saurait souffrir sans réplique, l’affront que vous nous feriez en venant ici réaffirmer l’Autorité tutélaire Souveraine que votre famille a sur nous sans rupture depuis 250 ans cette année 2009.

Dont Acte

Nous protestons contre votre venue au Québec le 10 novembre 2009 prochain, année anniversaire de l’occupation militaire de Québec par les armées de votre ancêtre George III dont vous portez le nom, non sans avoir blessé et déporté les neufrancien(ne)s d’Acadie, après avoir saccagé, violé, incendié, assassiné les côtes du Saint-Laurent et ses habitants, après avoir bombardé Québec éhontément et méchamment. Une occupation militaire de nos enceintes qui sans discontinué s’est imposé dès les lendemains de la bataille du 13 septembre 1759, une occupation qui se poursuit aujourd’hui encore sur 40% du territoire de la capitale nationale du Québec sans rupture depuis, et qui se prolonge dans un État du Canada illégitime n’ayant jamais obtenu le OUI qui le validerait sur notre territoire national du Québec, un État dont vous êtes l’indigne représentant et héritier par le biais de la Couronne usurpatrice de votre mère.

Veuillez accepter malgré tout l’expression de notre considération distinguée en tant que personne citoyenne d’un État étranger, en même temps que nos souhaits d’une longue et heureuse vie.

Luc Archambault
Citoyen d’un futur État valide et légitime du peuple souverain du Québec… libre !

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Suzie Q. Le 12 novembre 2009 à 9h02

    Monsieur Archambault,

    Vos ancêtres ont fait pire aux peuples autochtones que ce que l’ancêtre du Prince Charles a fait au Français, alors descendez de votre boîte de savon et cédez le passage à qui de droit. Les peuples autochtones seront toujours premiers en ligne pour leur indépendance et leur autonomie PARTOUT au Canada, comme il se doit. Si vous croyez que ces droits vous sont dus, prenez un numéro et faites la ligne. Si l’on se base sur le mérite de tels droits, vous ne serez certainement pas parmi les premiers dans cette ligne, monsieur Archambault.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

Annoncez ici

À propos de l'auteur de cet article

Luc Archambault

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 31 articles

Profil: Peintre, sculpteur, performeur, céramiste et citoyen

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 1424 a été rédigé par Luc Archambault il y a 4 ans et 11 mois, le Mardi 10 novembre 2009.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Politique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Grippe H1N1: le virus ne devient pas plus virulent Ceci est un avant-goût d'une des informations que vous allez pouvoir lire dans mon prochain article qui paraîtra cette semaine. [...]

2009: Des changements sur Amériquébec Bonjour à tous nos fidèles lecteurs, Cela faisait déjà un bon moment que je n'avais pas amélioré certaines fonctionnalités sur Amériquébec. [...]

2009: En route vers Copenhague Au terme de la consultation parlementaire qui s’est tenue au cours des derniers jours à l’égard des cibles de réduction [...]

2009: Le PQ veut une politique sur l’itinérance d’ici un an À l’occasion du dépôt, ce matin à l’Assemblée nationale, du rapport de la Commission de la santé et des services [...]

2008: Bilan des libéraux en garderies: Inaction et fausses promesses La chef du Parti Québécois, Pauline Marois, considère que les Québécois ne peuvent se fier sur les libéraux de Jean [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages