Le lundi 3 août 2009

AmériqueQuébec

Visas imposés aux Mexicains et les Tchèques

Une faiblesse troublante de Jean Charest

MexiqueCanada ]

Par Parti Québécois

Le gouvernement Harper a pris cette décision unilatéralement, sans consultation aucune du gouvernement du Québec, alors que l’immigration est une compétence partagée. Compte tenu des conséquences néfastes de cette décision, pourquoi le gouvernement du Québec demeure-t-il silencieux dans ce dossier depuis maintenant plus d’une semaine? Est-il sous l’influence du gouvernement fédéral qui lui demande de se taire?

Il ne fallait pas être grand clerc pour comprendre que la toute récente décision d’Ottawa d’imposer un visa aux ressortissants mexicains et tchèques, en pleine saison touristique estivale, sans aucune préparation, allait porter un préjudice aux relations du Canada avec ces deux pays, et tout spécialement aux relations du Québec avec le Mexique. C’est à ce cas particulier que je vais m’attarder.

Car cette décision brutale entache fortement l’image du Canada au Mexique, comme l’a confirmé un ancien diplomate mexicain, Andrès Rosenthal, cité dans Le Devoir de mercredi dernier. En plus de l’impact négatif évident sur notre industrie touristique, c’est aussi l’image du Québec qui est ainsi grandement affectée.

Cela est d’autant plus choquant que le Québec entretient une présence active au Mexique depuis près de 30 ans, le gouvernement du Parti québécois ayant installé une Délégation générale à Mexico dès 1980. Les relations politiques, économiques et culturelles avec le Mexique en font un des partenaires internationaux majeurs du Québec. On doit donc légitimement craindre que la position du Québec au Mexique ne se dégrade alors que nous avons, en ces temps d’incertitudes économiques, besoin d’une coopération renforcée avec ce pays.

Le gouvernement Harper a pris cette décision unilatéralement, sans consultation aucune du gouvernement du Québec, alors que l’immigration est une compétence partagée. Compte tenu des conséquences néfastes de cette décision, pourquoi le gouvernement du Québec demeure-t-il silencieux dans ce dossier depuis maintenant plus d’une semaine? Est-il sous l’influence du gouvernement fédéral qui lui demande de se taire?

Pour justifier cette mesure restreignant les mouvements de personnes avec un pays membre de l’ALENA, le Canada invoque l’importante croissance du volume de réfugiés. Est-ce qu’il y a vraiment péril en la demeure ? Cela n’est pas évident du tout. Les dernières données disponibles indiquent, globalement, un mouvement contraire pour le Québec. En effet, le Québec n’a accueilli en 2008, toutes régions du monde confondues, que 4520 réfugiés, soit 23,8 % de moins qu’en 2007. On est donc loin de constater un mouvement de réfugiés déferlant chez nous!

Il y a, par ailleurs, c’est vrai, un accroissement du mouvement de demandeurs d’asile en provenance du Mexique. Mais ne serait-ce pas là une conséquence de l’échec des efforts du Québec à promouvoir l’immigration dans ce pays? Si les ressortissants mexicains se sentent obligés de venir au Canada et au Québec via le programme d’accueil des réfugiés, n’est-ce pas l’illustration, en partie, de l’échec du Québec à sélectionner correctement les travailleurs mexicains qui désirent venir au Québec ?

Depuis une semaine, il est inquiétant de noter l’absence du ministre des Relations internationales, Pierre Arcand, alors qu’il devrait faire entendre raison à Ottawa et réparer, si possible, les dommages pour la réputation du Québec au Mexique. Des mesures immédiates doivent être prises en ce sens par la Délégation générale à Mexico.

L’inaction du ministre des Relations internationales dans une affaire aussi importante pour les relations du Québec avec notre principal partenaire en Amérique latine traduit, à mon avis, le peu de sensibilité du gouvernement de Jean Charest à promouvoir et défendre efficacement et concrètement les intérêts du Québec dans le monde. Le gouvernement libéral laisse donc, encore une fois, les « grands dossiers » se régler par Ottawa, même si c’est au détriment des intérêts du Québec.

Le Parti québécois estime qu’il est aujourd’hui urgent que le gouvernement du Québec exige que les autorités fédérales révisent cette décision et que des mesures soient prises pour éviter de restreindre indûment l’accueil, au Québec, de ressortissants mexicains.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Parti Québécois
Louise Beaudoin

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 582 articles

Profil: Le mouvement du Parti Québécois promeut la souveraineté, le progrès social et la promotion du français au Québec.

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 573 a été rédigé par Parti Québécois il y a 8 ans et 4 mois, le lundi 3 août 2009.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Canada, Mexique, Amérique, Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Rapatriement des armoiries royales de France Permettez moi humblement de faire la requête suivante qui serait tout aussi significative dans le cadre d’ouverture envers le Québec [...]

2009: Réseau national de mentorat Selon le nouvel indice entrepreneurial développé par la firme de sondage Léger Marketing, le Québec manque d’entrepreneurs et cela se [...]

2009: Nicolas Marceau représentera le PQ lors des partielles dans Rousseau Le président de l’exécutif de la circonscription de Rousseau, Patrick Théorêt, est heureux d’annoncer l’appui unanime du comité exécutif à [...]

2009: L’avenir d’Hydro-Québec Production Les grands barrages hydro-électriques étaient des solutions énergétiques assez bien acceptées dans les années 70. Aujourd’hui la mouvance écologique mondiale [...]

2009: Financement de la FCSCA Le porte-parole du Bloc Québécois en matière de sciences et technologie et député de Shefford, Robert Vincent, et le porte-parole [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages

4983string(0) ""