Le Dimanche 22 mars 2009

QuébecÉconomie

Partir avec la caisse…

Et personne n'est responsable?

Par Pierre Falardeau

Il manque 40 milliards dans la Caisse mais c’est la faute à personne. Quarante fois mille millions. Quatre, plus dix zéros. Un trou sans fond mais personne n’est responsable. À regarder aller Jean Charest, déguisé en courant d’air, on comprend mieux toute cette histoire d’horreur.

Il manque 40 milliards dans la Caisse mais c’est la faute à personne. Quarante fois mille millions. Quatre, plus dix zéros. Un trou sans fond mais personne n’est responsable, ni le grand patron, ni le président, ni le conseil d’administration, ni les conseillers financiers, ni la ministre des finances, ni les sous-ministres. Ce n’est surtout pas la faute du premier ministre. C’est la faute au marché, le hazard, la main de Dieu. Et on ose ensuite nous parler de “science économique”.

À regarder aller Jean Charest, déguisé en courant d’air, on comprend mieux toute cette histoire d’horreur. On se demande même s’il existe vraiment le premier ministre, lui et son cabinet fantôme. On les voit jamais. Les deux mains sur le volant qu’il racontait, l’homme invisible. On le voit aujourd’hui les doigts dans le nez, le cul entre deux chaises et les pieds dans le ciment. Il a la gueule en mode PPP, ce revenant, et la pissette molle des French Canadians. Responsable de rien! “Il n’y a pas de service au numéro que vous avez composé!”.

Quand il y a des pertes, évidemment c’est la faute à personne. Par contre, quand il y a des profits, c’est grâce à leur génie, leur sens des affaires, leur vision, leur compétence, leur talent sans limites. À ce moment-là, ils empochent sans vergogne les primes au rendement qu’ils se sont votées entre eux. Ils s’empiffrent comme des cochons vautrés dans l’auge collective. Et quand soudain ça se met à mal tourner, ils n’y sont pour rien bien évidemment. Mieux, ils se tirent en douce, l’air de rien, en toute connaissance de cause, sachant que le bateau prend l’eau de toutes parts.

Et ils empochent d’indécentes indemnités de départ. Trois cent soixante dix-huit mille, sept cent cinquante dollards qu’il est allé chercher, Rousseau, le PDG de la Caisse avant de déménager chez Power Corporation. Il est parti de lui-même le boss. Personne l’a congédié. Pourquoi une indemnité de départ? C’est scandaleux. Mieux que la Loto pour les pauvres! Les riches eux gagnent à tout prix, à tout coup, tout le temps.

Mais pourquoi Power? Pour le salaire sans doute, mais aussi peut-être pour aider mononcle Paul à prendre le contrôle de la Banque Nationale, un dossier que Rousseau connaît bien à cause de la Caisse. S’ils avaient travaillé comme financiers pour la mafia, ces gens-là se retrouveraient aujourd’hui à faire de la plongée sous-marine, dans une valise de char avec des menottes attachées dans le dos. Pour les capitalistes du crime organisé, il y a toujours des responsables. Et la responsabilité ça se paie. Nous on les indemnise, comme des caves.

Quand on a mis sur pied la Caisse de dépôt, c’était pour se donner un outil collectif propre à assurer le développement économique du Québec. C’est dans la loi. Aujourd’hui les dirigeants de la Caisse, obéissant en cela aux politiques antinationales des fantômes du Parti Libéral, cherchent strictement le rendement financier. Ces gens-là ne respectent tout simplement pas la loi. Au lieu de placer notre argent au Québec, pour développer le pays, ils investissent aux USA comme de minables dictateurs de républiques de bananes. Ils vont jouer notre argent au sud de la frontière, dans les papiers commerciaux, pour aller ensuite l’emprunter à New York à taux usuraires. La logique de l’entreprise privée libérale et conservatrice!

Et ça continue de plus belle avec le nouveau patron, un certain Michael Sabia, nommé par Jean Charest et son comité de sélection bidon. Un blôke de l’Ontario mais qui, paraît-il, habite au Québec. On s’en crisse-tu! Le problème est pas là! Ce Sabia est un autre champion de l’antinationalisme primaire. Il a aidé Paul Tellier, ce sinistre président d’un quelconque comité d’unité canadienne, à privatiser le Canadien National. En plus il vient de faire patate à BCE. C’est comme encourager l’incompétence. Les libéraux poursuivent leur campagne de liquidation collective, de destruction et de démantèlement de l’État québécois. Pourquoi développer le Québec quand on est si bien assis dans sa marde canadienne?

Et l’autre Garcia qui siège au conseil d’administration de la Caisse. Le même Garcia de la Standard Life qui voulait “écraser les maudits séparatissssssses” au dernier référendum. Il y a quelques semaines, ce petit maître chanteur de l’entreprise privée proposait rien de moins que la privatisation totale d’Hydro-Québec. Paraît que la société d’État est mal administrée. Ça prend quand même un front de boeuf pour un administrateur comme lui qui vient de faire un trou de 40 milliards. Elle est efficace en effet l’entreprise privée avec toutes ses banques en faillite à travers le monde. Et ça vient nous faire la morale ces incompétents qui s’engraissent sur notre dos. On appelle cela de la crapulocratie, de l’imbécilocratie.

Doivent être contents les gars de la FTQ en mangeant leurs sandwiches au baloney, au frette les pieds dans la bouette, quand ils ont appris que le président de leur syndicat dépensait 5000$ de leur argent chaque semaine au restaurant. Et Michel Arsenault le grand patron qui passait ses vacances sur le yacht de Tony Accurso, un yacht à 55 000$ par semaine en location. “Y’a rien là. J’ai un bateau. Il a un bateau. Je vais sur son bateau. Il vient sur mon bateau. On fait du bateau, quoi!”. On est vraiment dans des histoires de bateaux qui coulent. Et toutes ces belles gens qui nous mènent en bateau. De quoi crisser tout ça à l’eau, dans des sacs de couchage avec des chaînes et des blocs de ciment!

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Frank Audette-Siminski Le 21 novembre 2013 à 0h57

    Ou sont rendus les 29,465 S G que la CDPQ a versés en enveloppes brunes, dont 27 $ G à la famille Desmarais et 2,464 $ G à QUEBECOR MEDIA et M. Pierre Karl Péladeau, depuis 2003.

    Pour la séparation du Québec, il est très facile d’invoquer, que l’ARC, par M. Daniel Camara nous disant: “Nous on n’applique pas les lois du Québec” contre les personnes âgées (et tous les particuliers): articles 10, 48 et 49 de la Charte québécoise et des articles 8, 15 et 33.1 de la Charte canadienne et des articles 122, 132 et 137 du Code criminel;(sic) Alors pourquoi que le gouvernement fédéral nous VOLENT des milliards $ par année, pour graisser des fonctionnaires dont le salaire de base est de 116,000.00 $ plus 3 1/2 % l’heeure pour chaque 1,000.00 $ qu’ils viennent nous VOLER dans nos poches, ce qui leurs fait un salaire de plus de 340,000.00 $ par année; (sic)
    Ici, nous sommes au Québec et non au Canada;

    Que dire de l’assiette fiscale : au Québec, sans nous les particuliers, il n’y aurait pas d’entreprises, alors pourquoi nous ÉGORGER :

    Au Québec, ils nous imposent 89% de l’assiette fiscale :

    Alors que les entreprises eux payent que 11 %, en plus des subventions et des déductions qu’elles ont; (sic)

    Au fédéral, ils nous imposent 84% de l’assiette fiscale; Alors que les entreprisent ne payent que 16% en plus des subventions qu’ils obtiennent; (sic)

    Cette étude provient du professeur Léo-Paul Lauzon;

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

Annoncez ici

À propos de l'auteur de cet article

Pierre Falardeau

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 3 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 906 a été rédigé par Pierre Falardeau il y a 5 ans et 8 mois, le Dimanche 22 mars 2009.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Économie.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2013: Obama assure Israël de “l’alliance éternelle” des Etats-Unis Descendant d'Air Force One à l'aéoport Ben Gourion de Tel-Aviv, M. Obama a été accueilli par le Premier ministre Benjamin [...]

2013: Chat sommeil 15 à 18 heures par jour Si vous êtes comme moi, et avez un chat, vous aurez remarqué que vos «petits minous» dorment pratiquement tout le temps. Et [...]

2011: Les conservateurs risquent de provoquer des élections « Avec leur budget indifférent aux besoins des Québécoises et des Québécois, les conservateurs risquent de provoquer des élections. Le [...]

2011: Un rapport digne de Lord Durham Le président de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, Mario Beaulieu, s’insurge contre les conclusions du rapport sénatorial demandant au [...]

2011: Une coalition sans précédent demande la fermeture de Gentilly II En cette date limite du dépôt de mémoires à la Commission Canadienne de Sûreté Nucléaire sur la réfection de [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages