Le vendredi 21 novembre 2008

QuébecÉconomie

Expansion du port de Montréal

Le port de Montréal enregistrerait une croissance spectaculaire

Nouvelles brèves ]

Par Québec Info

L’Administration portuaire de Montréal annonce un vaste plan d’action qui triplera, d’ici 2020, la capacité du port de Montréal. Les retombées économiques des activités du port passeront de 1,5 milliard à 3,4 milliards de dollars annuellement.

L’Administration portuaire de Montréal (APM) annonce un vaste plan d’action qui triplera, d’ici 2020, la capacité du port de Montréal. Réalisé en quatre phases, ce plan créera des milliers de nouveaux emplois et fera passer la capacité de manutention de 1,6 million à 4,5 millions de conteneurs.

Les retombées économiques des activités du port passeront de 1,5 milliard à 3,4 milliards de dollars annuellement.

La première phase du projet, au coût de 200 millions de dollars, sera consacrée à la remise à neuf des terminaux existants. La deuxième phase, évaluée à 250 millions, consiste à bâtir un nouveau terminal d’ici cinq ans. Les deux dernières phases prévoient la construction, entre 2014 et 2016, de terminaux dans l’Est de Montréal et à Contrecoeur, sur la Rive-Sud.

Selon l’American Association of Port Authorities, le port de Montréal enregistre une croissance spectaculaire qui lui a permis de damer le pion aux ports de Vancouver, d’Halifax et aux principaux ports de la côte est des États-Unis. La position stratégique de Montréal en fait le lien le plus efficace et le plus rapide entre l’Europe et l’est du Canada ou le Mid-Ouest américain.

5 commentaires à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 ouhgo Le 21 novembre 2008 à 16h41

    Cette expansion du Port prévoit-elle desservir des barges au lieu de bateaux à fort tirant d’eau? Le fleuve perd de l’eau à chaque année, soit à partir du contrôle exercé en Ontario, soit par la ponction des Grands Lacs, de plus en plus forte de la part de É.U.

    On sait que les grands fleuves américains, Colorado et Rio Grande, ne se rendent plus à la mer: agriculture intensive et mégacités gourmandes. Est-ce le sort du fleuve Saint-Laurent? C’est connu qu’une telle éventualité favoriserait le Mississippi ou le Canal Érié, dans les plans de dévitalisation de la vallée du S.-Laurent, pour appauvrir ce village de Gaulois toujours redoutable pour le Canada, satellite américain.

  2. 2 Dave Le 21 novembre 2008 à 17h13

    J’avais en effet entendu parler du contrôle du niveau du fleuve Saint-Laurent à partir de l’Ontario et de l’eau des grands lacs détournés aux États-Unis. Il me semble que de détourner l’eau des lacs juste pour fournir Chicago en eau potable pouvait faire baisser le niveau du fleuve St-Laurent de près d’un mètre!

    Par contre, je doute fort que le sort du fleuve Saint-Laurent se termine comme le Rio Grande ou le fleuve Colorado. Il ne faut pas oublier que le fleuve Colorado par exemple ne jouit pas de la même configuration géographique et traverses plusieurs états. De plus, le climat n’est pas le même, donc les grandes périodes de sécheresses n’ont pas lieu ici.

  3. 3 Jean-Pierre Plourde Le 22 novembre 2008 à 14h13

    Message à Dave:

    Dans votre commentaire, vous dite ceci:

    “Par contre, je doute fort que le sort du fleuve Saint-Laurent se termine comme le Rio Grande ou le fleuve Colorado.”

    Je ne suis pas un expert, mais il me semble que vous avez raison à 50% seulement.
    Vous avez raison sur l’effet de l’assèchement par le climat très chaud des états du sud des USA qui prélève l’eau des territoires irrigués et la transporte au loin sous la forme de nuages. L’eau des pluies est maintenue par des barrages et redistribuée sur une longue période, donnant un maximum d’effet à l’évaporation. Comme il ne pleut pas souvent alors la suite est facile à deviner, l’eau n’atteint pas la mer.

    Le cas des grands lacs est très différents car il faut alors parlé de bassins versants. Les terres du nord américain comme au Canada ont un coefficient d’humidité beaucoup plus élevé que celui de l’Arizona par exemple et l’effet d’évaporation est beaucoup moins important.

    A ce titre l’eau prélevé dans les grands lacs pour consommation humaine dans les régions limitrophes va y revenir via les usines de traitement de l’eau et les égouts.

    Le Mississipi est un autre bassin versant qui va jouer contre les grands lacs. Ce dernier ne revient pas vers les grands lacs.

    Si l’eau prélevée des grands lacs est exportée plus au sud et en grande quantité, les résidus de cette eau se retrouvera dans le bassin versant du Mississipi, de l’Hudson ou d’une autre rivières ailleurs aux USA. Cette eau ne passera plus par le fleuve pour rejoindre la mer. Les conséquences en seront alors importantes pour le St-Laurent pouvant éventuellement entraîner son assèchement.

    C’est ce qui risque fort d’arriver et je doute fort que le Canada ait le contrôle là-dessus.

    Jean-Pierre Plourde,
    saglac@gmail.com

  4. 4 Dave Le 22 novembre 2008 à 17h37

    Il me semble que du côté du droit international, le Canada (ou le Québec s’il est indépendant), aurait des recours en ce qui a trait au cours d’eau et aux lacs qui sont partagés entre les différents pays.

    Sinon, j’imagine que si vraiment l’eau en vient à être détournée des grand lacs, au lieu de privilégier l’exportation nord-sud de l’eau, on privilégie plutôt de concentrer le tout dans un zone où on sait que la nature pourra réintégrer naturellement à l’endroit originel les eaux usées après traitement. Bref vraiment penser à l’environnement.

    Mais bon, des fois je me dis qu’avec le réchauffement climatique et la hausse du niveau de la mer, on pourrait être surpris.

  5. 5 ouhgo Le 23 novembre 2008 à 2h49

    En ces temps de “mondialisation”, notre statut nordique de privilégiés dans la détention des eaux douces rend moins légitime notre “protectionnisme” de l’eau, par rapport au partage humanitaire de ces grandes réserves que sont les Grands Lacs. Il semble que ce soit sur ces bases que les organismes internationaux de régulation de leur niveau seront appelés à concéder de plus grands quotas aux États-Unis, dans le but de l’agriculture du Mid-Ouest. Ceci ne retourne pas par des systèmes d’eaux usées.

    Par ailleurs, la hausse du niveau de l’Atlantique par le réchauffement climatique pourrait bien compenser pour la perte d’approvisionnement par les Grands Lacs mais en regard de la navigation seulement. Car alors, le fleuve qui pourrait même menacer d’inondation les villes riveraines, serait constitué d’eau salée: impropre aux ponctions actuelles nécessaires à notre approvisionnement d’eau potable…

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

Québec Info

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 120 articles

Profil: Québec Info s'adresse avant tout à une clientèle internationale: amis du Québec dans le monde, spécialistes des études québécoises, anciens étudiants et stagiaires étrangers, Québécois vivant ou séjournant à l'étranger,…

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 185 a été rédigé par Québec Info il y a 8 ans et 11 mois, le vendredi 21 novembre 2008.

Il y a 5 commentaires suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Économie, Québec, Nouvelles brèves.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Le Canada soutient inconditionnellement Israël John Baird, le ministre des Affaires étrangères du Canada, «a fait l'éloge du "miracle" d'un Israël sioniste ((Le Canada réitère son [...]

2010: Suivi de la pétition demandant la démission de Charest: 217 000 signataires! Un site internet, jeancharest.ca, permet de suivre graphiquement l'augmentation fulgurante du nombre de signataires demandant la démission du parrain ministre [...]

2010: Pétition et écoeurement: c’est le temps de sortir et de saper leur moral Comme vous le savez sûrement, le Parti Québécois présentera une motion de censure mercredi prochain. Rien n’est encore gagné. Dans [...]

2010: Votre horoscope du jour à saveur politique! Verseau - Vous êtes depuis plusieurs mois dans une phase de déni. Côté amoureux, vous ne vous retrouvez plus dans [...]

2010: Jean Charest: un politicien fini On a longtemps dit de Jean Charest qu’il avait une espèce de carapace en téflon sur laquelle les scandales se [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages