Le vendredi 24 octobre 2008

SociétéInternational

Nouvelles régulations douteuses concernant les cafés internet en Chine

« Souriez, vous êtes fichés » : Reporters sans frontières dénonce les nouvelles régulations concernant les cafés internet

Chine ]

Ameriquebec
Par Reporters sans frontières

Prétextant la lutte contre le piratage, la Chine a trouvé une manière efficace d’instaurer un fichage automatique des utilisateurs d’Internet. Sans aucune garantie sur l’objectif réel de ce procédé, qui s’apparente à un Big Brother effrayant, les cafés internet risquent de devenir des lieux de délation en tout genre.

Reporters sans frontières condamne le renforcement de la surveillance des utilisateurs des cafés internet en Chine. Le gouvernement chinois vient d’adopter une nouvelle réglementation qui oblige tous les nouveaux visiteurs des 1 500 cafés internet de Pékin à se soumettre à un exercice de photo d’identité judiciaire. D’ici à la fin de l’année, ces cybercafés devront posséder une machine qui pourra permettre de prendre des photos des clients et de garder en mémoire les images et les numéros de cartes d’identité.

« En Chine, tous les internautes sont désormais des suspects à ficher. Prétextant la lutte contre le piratage et la cyberdélinquance, le gouvernement a trouvé une manière efficace d’instaurer un fichage automatique des utilisateurs d’Internet. Sans aucune garantie sur l’objectif réel de ce procédé, qui s’apparente à un Big Brother effrayant, les cafés Internet risquent de devenir des lieux de délation en tout genre », a déclaré Reporters sans frontières.

D’après un article du quotidien Beijing News publié le 16 octobre, les données des nouveaux clients seront envoyées directement à la Beijing Cultural Law Enforcement Agency, dont la mission est théoriquement de lutter contre le piratage. Cette mesure permettra aux autorités de perquisitionner n’importe quelle borne d’enregistrement, et ce sans mandat, afin d’obtenir les données stockées.

Le porte-parole de l’agence, Li Fei, a déclaré que la mesure avait été prise pour éviter le « partage d’identité », qui consiste à se présenter dans un cybercafé avec la carte d’identité d’une autre personne.

En 2002, les autorités avaient fermé plus de 3 000 cafés internet définitivement et 12 000 temporairement, conditionnant leur réouverture à l’application des normes de sécurité et sur l’obtention d’une nouvelle licence suite à l’incendie d’un établissement à Lanjisu, situé dans quartier un universitaire du nord de Pékin, qui avait causé la mort de vingt-cinq personnes. Le ministère de la Culture avait également restreint l’accès des cafés internet aux mineurs durant les vacances scolaires pour une durée maximale de trois heures, afin de « limiter les influences négatives de l’Internet ».

Depuis la fin de l’année 2003, le gouvernement chinois équipe les cafés internet avec des logiciels de surveillance, et les propriétaires sont obligés de les intégrer à leurs systèmes afin de suivre l’activité des utilisateurs sur le Réseau. Ces logiciels permettent de collecter des informations personnelles sur les internautes, d’enregistrer l’historique de leurs connexions et même d’alerter les autorités si un contenu illégal est visionné.

Depuis le 1er septembre 2007, la cyberpolice chinoise envoie des patrouilles sur les écrans des ordinateurs des cafés internet. Deux policiers virtuels nommés JingJing et ChaCha apparaissent tous les trente minutes sur les écrans des internautes pour leur rappeler que les autorités chinoises surveillent étroitement Internet. En cliquant sur ces icônes, le public peut également signaler des “délits” en interagissant avec la cyberpolice.

Quelque 40 000 cyberpoliciers bien réels scutent le web quotidiennement pour en filtrer les sujets considérés “sensibles” par le Parti communiste. La Chine est l’un des pays les plus répressifs à l’égard des internautes. Cinquante cyberdissidents sont actuellement derrière les barreaux pour avoir usé de leur droit à la liberté d’expression sur Internet, et le réseau est fortement contrôlé.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Annoncez ici

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

À propos de l'auteur de cet article

AmériQuébec Amériquébec
Reporters sans frontières

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 90 articles

Afficher le profil complet

Québec Web Express

Fiche de l'article

Cet article de 514 a été rédigé par AmériQuébec il y a 8 ans et 8 mois, le vendredi 24 octobre 2008.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous International, Société, Chine.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2009: Rassemblement pour changer le nom de la rue Amherst Les Jeunes Patriotes du Québec vous invitent à venir changer le nom de la rue Amherst. Pour l'instant, Louise Harel, [...]

2009: Le gouvernement fédéral, protecteur des petits épargnants du Québec! Réponse au texte d’opinion de M. Éric Duhaime. M. Duhaime propose que le fédéral serai mieux en mesure de protéger les [...]

2009: Journée pour l’élimination de la pauvreté La Coalition régionale de la Marche mondiale des femmes, le Collectif de luttes et d’actions contre la pauvreté de la [...]

2009: Les banlieusards gagnent du terrain au Québec Qu’on le veuille ou non, le Québec devient de plus en plus une nation de banlieusards. La concentration de la [...]

2009: La sélection et l’intégration des immigrants au Québec Au cours d’un débat tenu ce matin à l’Assemblée nationale, le député de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages