Le Vendredi 10 octobre 2008

ÉconomieAmérique

Le dollar, les commentaires et M. Harper!

Par Jean-Pierre Plourde

Je consulte quotidiennement plusieurs médias. Voici une réponse au commentaire d’Éric au texte portant le titre “Le dollar canadien continue sa glissade” sur Cyberpresse du 9 octobre 2008.

Le texte portant le titre Le dollar canadien continue sa glissade sur Cyberpresse le 9 octobre 2008 autorisait les commentaires. Parmi ces derniers j’ai retenu celui-ci:

Bonjour, moi j’aimerais bien savoir pourquoi nous avons l’option de commenter certains articles et d’autres pas. Ne trouvez vous pas ca bizarre chers lecteurs ? Qui veut commenter la glissade du dollar canadien! En revanche, j’aimerais tellement avoir le droit de commenter l’article sur la crise qui peut toucher le canada.. histoire de poivrer un peu nos amis fonctionnaires.

Éric

Voici donc ma réponse:

M. Éric, concernant votre droit de commenter tous les articles de la Presse..

Il y a quelques semaines, j’ai envoyé un courriel à la direction de la presse afin de leur demander d’ouvrir au public l’accès à des commentaires sur tous les articles de cyberpresse. On m’a d’abord dit que ma demande serait soumise à la direction. Le lendemain, la réponse fut négative et sans véritable justification.

Vous pouvez probablement utiliser l’adresse suivante, en spécifiant que vous désirez que votre message se rende à la direction, commentaires@lapresse.ca. J’invite tous les lecteurs à répéter la même demande afin de réclamer votre droit à donner votre opinion sur tous les articles. Si le mouvement en ce sens est assez vaste, peut-être alors changeront-ils d’avis!

Vous avez parfaitement raison de penser que votre opinion est importante et qu’elle peut aider au débat. Lorsqu’on interdit le droit d’opinion, on attaque la liberté de la presse.

Le Québec est loin d’être un modèle à suivre dans ce domaine, à commencer par le dépouillement en sourdine des actifs de tous les Québécois dans l’approche commune.

M. Éric, vous y êtes dans votre sujet de la crise qui va toucher le Canada. Je vais vous donner mon opinion sur le sujet de la dépréciation du dollar. Ma façon de voir le problème devrait briser quelques tabous et vous aider à comprendre. Ce sujet, traité par dix économistes différents, vous donnera dix versions différentes. Il restera cependant des grandes lignes générales qui feront l’unanimité.

La monnaie est pour moi une représentation de l’état de santé mentale de la population générale qui habite un pays. C’est comme la représentation virtuelle du bonheur ou du malheur des citoyens. Les élus sont le reflets de la qualité intellectuelle des citoyens. Les décisions des élus vont, à long terme, entraîner l’augmentation de la notion de bonheur des citoyens, comme sous John F. Kennedy dans les années soixantes avec son projet d’aller sur la lune, ou générer un sentiment de déprime comme le fait Bush avec sa guerre en Irak sous de fausses représentations.

Le nombre de facteurs qui influencent la valeur de la monnaie est donc élevé, comme l’est la notion de bonheur des individus. Lorsque l’ensemble des citoyens ressentent la déprime comme maintenant sous le gouvernement Bush, il se crée une nervosité que vous aussi ressentez présentement, sans être capable de l’exprimer.

Un certain nombre d’individus en poste d’autorité vont utiliser leurs avantages pour “fourrer” le système et leurs semblables afin de se mettre, eux, à l’abri du besoin. La crise immobilière aux USA et l’affaire Norbourg au Québec en sont deux exemples.

Ces magouilles ont des influences certaines sur l’économie en général, créant ainsi un genre de réaction à la chaîne comme celle du début des années 30, où tous les citoyens ont voulu retirer leurs avoirs des banques et leurs placements de la bourse, créant le crash de 1929. L’argent avait perdu sa valeur entraînant plusieurs faillites et suicides.

Vous devez retenir ceci: l’argent a une valeur virtuelle et aucun placement boursier, bancaire ou REER ne vous mettra à l’abri de la crise, sauf la valeur tangible d’actif réels comme une propriété sans hypothèque. C’est ce que les Québécois n’ont pas compris dans le traité de l’approche Commune.

J’ai écrit un texte intitulé Harper et la valeur du dollar. Vous pourrez y lire comment un pays comme les États-Unis utilise la monnaie des autres pays pour financer son propre déficit, vous y découvrirez que vous aussi vous financez la guerre US en Irak, un pays qui fait la guerre, exporte son économie et le Canada n’y échappe pas.

Les Américains auront dépensés en 10 ans de guerre en Irak la rondelette somme de 10,000 milliards de dollars, ça fait beaucoup de zéro après le 1. C’est faramineux, c’est mettre une hypothèque de $32,000.00 par année par citoyen, hommes, femmes et enfants américains.

Il s’en suit infailliblement à l’international une diminution dans la confiance en la capacité de gestion de ce pays et un appauvrissement de la population qui l’habite par l’augmentation de la dette publique.

La monnaie internationale forte d’aujourd’hui est devenu l’Euro qui vaut environ $1.50US alors que l’Euro au début de l’an 2000 valait moins d’un dollar. Cette devise a déjà commencé à remplacer le dollar américain comme monnaie d’échange internationale.

L’argent et sa valeur, M. Éric, ça fait partie de la vie des hommes. En complément, je vous invite à lire l’excellent papier de Claude Picher paru le 29 septembre 2008 sur Cyberpresse intitulé Un fardeau intolérable.

En conclusion sur les élections et l’économie, la déclaration des bons placements à faire présentement en bourse faite par M. Harper va entraîner la fin de sa carrière. Ce sera le gros prix à payer pour son indifférence envers les citoyens sur ce sujet.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

Annoncez ici

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Pierre Plourde

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 116 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 865 a été rédigé par Jean-Pierre Plourde il y a 5 ans et 9 mois, le Vendredi 10 octobre 2008.

L'article n'a aucun commentaire. Soyez le premier à vous prononcer sur ce sujet. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Économie, Amérique.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , , , , , , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2010: Force Québec ne verra jamais le jour Quand on y pense, l’éditorial d’André Pratte dans La Presse d’hier avait quelque chose de pathétique. Pour toutes sortes de [...]

2008: Le Bloc Québecois invite les gens à ne rien tenir pour acquis le 14 octobre Le message rappelle à tous qu’il ne faut rien tenir pour acquis concernant la possibilité d’éviter un gouvernement conservateur majoritaire [...]

2008: M. Justin Trudeau, vous dites des sottises! Après avoir traité les unilingues de paresseux lors de son séjour en Alberta, on aurait pu croire que dès son [...]

2008: Coupes dans le financement des organismes de développement économique Tout le monde affirme que les organismes de développement économique sont très importants pour l’économie québécoise : les maires de [...]

2008: « Stephen Harper a induit la population en erreur » Le Directeur du budget nous apprend que l’aide humanitaire ne compte que pour 9 % des coûts totaux de la [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages