Le Jeudi 21 août 2008

PolitiqueQuébec

François Legault, et la précaution

L'indépendance du QuébecL'état de la langue française ]

Par Renart Léveillé

Quand on en vient, comme le fait François Legault, à jeter sciemment de l’eau publiquement sur la flamme, le signal est clair : c’est un renoncement de nous-mêmes comme entité possible dans l’urgence…

Tandis que député péquiste François Legault tente de mettre sous cryogénisation le mouvement souverainiste en pointant le cynisme ambiant, je spécule sur le fait que l’argument de précaution — qui dit qu’un Québec souverain sera le socle pour maintenir la langue française et la culture québécoise dans la pérennité — est dans de sales draps…

Suivez-moi bien : si on argue que le français est en perte de vitesse pour toutes les raisons maintes fois évoquées, on répond de l’autre côté qu’il n’y a pas de problème, ou que le problème n’est pas assez urgent, et donc que la souveraineté n’est pas nécessaire : et l’adverbe « encore » est en option… Alors, logiquement, ces gens devraient changer d’avis et appuyer un projet de Québec souverain dans le cas où ils auraient assez à coeur la préservation des acquis culturels et du caractère distinct de notre société, quand la situation leur semblera assez critique. Mais je conviens que nous sommes dans la subjectivité par-dessus la tête!

Je pense beaucoup ici à nos concitoyens anglophones qui devraient bien voir cette richesse locale, la nôtre, qui les inclus bien sûr, s’ils ne sont pas trop pris dans la mondialisation qui leur donne un sentiment de puissance inégalé : encore plus que d’être des Canadiens anglophones, l’occident leur est culturellement donné et anglophile, et l’orient n’est pas très loin de l’être. Qui d’entre nos concitoyens québécois anglophones se proclament francophiles?

Est-ce que nous devrons attendre de voir le caractère francophone du Québec au bord du gouffre anglophone pour vérifier si nous comptons amplement pour nous-mêmes — je pense ici à nos concitoyens francophones allergiques à toute idée de souveraineté — et pour notre communauté anglophone en nous dotant collectivement d’un pays en guise de sécurité culturelle? Gageons que devant l’hécatombe future — à court ou à long terme — les premiers se changeront en autruches et les deuxièmes seront bien contents de pouvoir enfin donner le coup de grâce à ce qui restera de la loi 101, derniers vestiges d’une fierté quelconque… Alors, devant ce constat, il ne sera donc jamais question de précaution, mais toujours de combat, et c’est bien dommage.

Je vous semblerai catastrophique, mais cela n’est que la démonstration simple d’une scission plus profonde qu’on ne le croit. Quand on en vient, comme le fait François Legault, à jeter sciemment de l’eau publiquement sur la flamme, le signal est clair : c’est un renoncement de nous-mêmes comme entité possible dans l’urgence, ce qui était la dernière carte que nous avions pour faire grandir la sympathie à notre cause, même si c’est une carte très accessoire, on le voit bien.

Et baisser les bras, ça ne veut pas dire autre chose que de baisser les bras, jusqu’à ce qu’on les relève. Pendant le temps qu’ils seront baissés, pour les indécis cela sera un moins dans le calcul que nos adversaires verront comme un plus.

Un commentaire à cet articleFlux RSS des commentaires

  1. 1 Claude Gélinas Le 22 août 2008 à 2h45

    On devrait changer la logique de la recherche d’une forme de Souveraineté pour le Québec.

    Ça devrait s’appeler le Renouveau québécois et chaque Québécois devrait avoir comme responsabilité de trouver au moins une façon d’améliorer notre vie, en tant que citoyens du Québec.

    En demandant aux gens ce qu’ils veulent et comment ils voient les choses, on sort du modèle où on impose un “modèle central” souvent inconnu du grand public.

    Pour que les citoyens s’intéressent à la politique, il faut la rapprocher d’eux et de leurs préférences.

Ajoutez un commentaire

Il est suggéré de s'enregistrer. Si c'est déjà fait, connectez-vous pour écrire avec votre compte.

Merci de vérifier votre orthographe avant de publier votre commentaire.

Abonnement au site

Pour recevoir quotidiennement les nouvelles d'AmériQuébec, abonnez-vous au flux RSS
ou inscrivez votre courriel ci-dessous!

Annoncez ici

À propos de l'auteur de cet article

Renart Léveillé
Source de la photo: hergophoto

Site Internet de l’auteur

Articles rédigés: 5 articles

Afficher le profil complet

Fiche de l'article

Cet article de 478 a été rédigé par Renart Léveillé il y a 6 ans et 2 mois, le Jeudi 21 août 2008.

Il y a un commentaire suite à cet article. Vous pouvez aussi suivre le fil des commentaires.

Cet article est catégorisé sous Québec, Politique, L'état de la langue française, L'indépendance du Québec.

Les mots clés associés à celui-ci sont , , .

Autres articles publiés à pareille date

Voici la liste des articles qui ont été publiés à pareille date lors des années précédentes.

2012: Débat des chefs / Face à Face TVA Legault-Charest: à vous la parole! Sur la corruption Legault qui rit en mentionant son équipe d'incorruptibles. CRÉDIBLE. #faceafacetva #debatqc— llheb (@LLHeb) Août 22, 2012 Donc, les reportages [...]

2012: Débat des chefs / Face à Face TVA Marois-Charest: à vous la parole! Sur la corruption ... RT @martpelletier: Yééé! Ça commence avec la corruption, contrairement à la SRC qui a commencé avec l'économie [...]

2010: Vers un retour à la peine de mort en Suisse? Alors que la peine de mort est abolie en Suisse depuis 1942, une nouvelle initiative fédérale, actuellement examinée par la [...]

2010: Comment l’Hydro-Québec s’y prend-elle pour nous faire le cadeau d’un gel de tarif? Voici un extrait tiré des experts en économie de Fitch: Par ailleurs, pour réduire l'impact de ses investissements multimilliardaires sur ces [...]

2010: Abandon du projet d’école d’horticulture La députée de Taschereau et porte-parole de l’opposition officielle pour la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, réclame des explications du ministre responsable [...]

Sondage

Aucun sondage actuellement.

Archives des sondages